France Jamet à Antibes pour Soutenir Tanguy Cornec.

J’étais très heureuse de venir soutenir Tanguy Cornec, élu de terrain, et toute son équipe dans un bastion tenu par l’ancien ministre Jean Leonetti, qui a fait tant de mal depuis trop longtemps à cette belle ville.

Antibes symbolise, par son histoire, l’ensemble de ce qu’est l’identité française, dans toute sa profondeur, dans toute sa complexité et surtout sa beauté.

Ravie d’avoir aussi croisé l’équipe de Vallauris menée par Lionel Tivoli!

Deux magnifiques villes qui méritent des édiles dont nos compatriotes pourront être fiers, qui défendront notre identité et le bon sens avec au cœur la France et les français d’abord. 🇫🇷

Communiqué de France Jamet : Collusion entre LR et LaREM : Toujours plus D’immigration !

Les députés du Pas-de-Calais Pierre-Henry Dumont (LR) et Stéphanie Do (LREM) viennent de dévoiler leur rapport de 101 pages sur les coûts et les prétendus bénéfices de l’immigration en matière économique et sociale, affirmant que « l’immigration de travail doit être encouragée » et même être mieux répartie sur le territoire…

La France compte officiellement quelque 5 835 800 chômeurs au troisième trimestre 2019.
– 276 576 titres de séjour (+6,8%) ont été délivrés en 2019,
– 132 614 demandes d’asile (+7,3%)
– et 36 512 accords de protection internationale (+9,5%).

Les deux élus reconnaissent eux-mêmes qu’ « on ne sait pas combien de personnes rentrent ou sortent du territoire » . Eurostat a même récemment demandé à la France de revoir ses chiffres concernant les demandeurs d’asile, sous-évalués depuis dix ans.

Pour LR et LaREM, le problème tient moins à la répartition de cette immigration débridée qu’à l’enrayer.

Face à ces politiques immigrationnistes, Marine Le Pen et le Rassemblement national sont les seuls à avoir la volonté politique de stopper l’immigration massive.
Le dumping social au bénéfice d’un grand patronat et d’entreprises du CAC 40 sans scrupules doit s’effacer devant les intérêts de la France et des Français d’abord.

[ Communiqué de France Jamet ] La Réforme des Retraites des Pêcheurs Condamne à terme L'avenir de la Profession.

Le régime de retraite de nos marins, vieux de quatre siècles, est lui aussi menacé par la réforme des retraites du gouvernement Macron/Philippe exigée par Bruxelles.

La remise en cause de leur légitime départ à la retraite à 55 ans, pour des raisons évidentes de pénibilité, s’ajoute à la réduction mécanique de leurs pensions par le calcul proposé. Les pêcheurs, qui ont déjà du mal à se faire entendre pour maintenir leur activité face aux pressions bruxelloises, s’en inquiètent à juste titre.

Cette réforme est donc dangereuse à plus d’un titre :

– agrégée au vieillissement de la profession des marins pêcheurs français et à un déficit d’attractivité et d’image, elle condamne à terme le recrutement difficile de jeunes marins;

– ajoutée aux attaques de Bruxelles contre nos pêcheurs en activité, elle met en danger de mort une profession essentielle pour notre économie et notre souveraineté alimentaire.

La réforme des retraites, exigée par l’Union européenne et mise en place par le gouvernement Macron, engage notre avenir, la pérennité de notre économie et notre modèle de société.

C’est donc au peuple français, par le biais d’un référendum, qu’il appartient de décider de ses choix.

[ Communiqué de France Jamet ] Le Travail Détaché en France ne Rapporte rien à nos Caisses de Retraite !

Le travail détaché n’est pas seulement synonyme de dumping et de dérégulation sociale : Il a aussi des conséquences désastreuses sur notre système de protection et nos retraites.

Les travailleurs détachés en France, dont nul n’est capable d’estimer leur nombre exact, ne rapportent pas un seul euro à nos caisses nationales. Ils cotisent dans leur pays d’origine, ce qui constitue de fait un manque à gagner conséquent et direct pour nos caisses.

En plus de peser à la baisse sur le salaire et sur les conditions de travail des salariés français, le travail détaché enterre de fait les perspectives d’avenir de notre système de retraite et de notre sécurité sociale, déjà minés par les politiques d’austérités dictées depuis Bruxelles et appliquées par Macron et Philippe.

Il n’y a qu’une seule voie viable pour sortir de cette situation : abolir la directive européenne sur les travailleurs détachés et mettre en place la priorité nationale à l’emploi, dans notre pays, afin que chaque Français ait accès à un travail rétribué par un salaire décent.

[ Communiqué de France Jamet ] Société Générale Supprime près de 4 000 Emplois en France : la Mondialisation tue L’emploi

Le  3 octobre 2019,

La Société Générale a annoncé une réorganisation de sa branche « banque de détail » qui entraînera la suppression de plus de 500 postes d’ici à 2023, alors même qu’un premier plan prévoyait déjà un plan social de 3 450 postes entre 2016 et 2020.

Les dirigeants de la banque de La Défense justifient la suppression de ces 4 000 emplois en France par un programme de digitalisation des outils et de dématérialisation des processus, ainsi délocalisés pour quelques dollars de l’heure en Inde. En d’autres termes, le souci permanent de rentabilité engage les entreprises dans une automatisation irraisonnée au détriment des relations humaines.

Ce sont les agences locales et donc les territoires ruraux qui seront les premiers à pâtir de ces « réorganisations ». Alors qu’elles sont souvent le seul moyen pour certains foyers, notamment les retraités, de gérer leur épargne, leur budget ou de retirer de l’argent.

Voilà où mène cette politique mondialiste organisée par Bruxelles, plus concernée par les intérêts de la finance et des lobbys que ceux du Peuple français.

Le Rassemblement National, comme les élus du Groupe Identité et Démocratie au Parlement européen, sont aux côtés de cette France périphérique qui se bat pour préserver ses emplois et son avenir.

 

[ Communiqué de France Jamet et Virginie Joron ] Au Parlement Européen, les Victimes du Terrorisme Passent après les frais Administratifs !

Le 12 septembre 2019

D’après le rapport de l’ONU du 15 juillet 2019, l’État islamique poursuit ses activités clandestinement. Il établit des cellules dormantes, en prévision d’une éventuelle résurgence. Pendant ce temps, les victimes d’attentats, souffrent de mutilations physiques graves causées par les attentats, mais aussi de lourdes séquelles psychologiques. Leur retour à l’emploi est compliqué.

En cette rentrée parlementaire, le RN a donc proposé d’aider 200 victimes du terrorisme par un projet d’aide au retour à l’emploi d’une valeur d’1 million d’euros.

Les élus du « système » ont voté contre notre proposition. En revanche, ils ont voté pour ajouter 310 181 euros supplémentaires aux 78 millions d’euros de frais administratifs de la grosse machine de Bruxelles travaillant sur les questions d’emplois et d’affaires sociales.

C’était leur premier vote en commission.
Premier vote, première trahison.