[ Communiqué de France Jamet ] Octroi des Licences de pêche Post-Brexit : Défendons nos Pêcheurs Français à tout prix !

Cinq ans après le vote du Brexit, près d’un an après son entrée en vigueur, l’Accord de commerce et de coopération entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, en particulier sur la question cruciale de la pêche, n’est toujours pas opérationnel.

La France attend encore 244 autorisations pour ses pêcheurs nationaux, soit plus de la moitié des licences déjà octroyées par les autorités britanniques (200). La faute en revient à un accord mal conçu et mal négocié par Michel Barnier qui a sacrifié la pêche artisanale française depuis le départ.

L’Accord de commerce et de coopération (ACC) prévoit que les pêcheurs européens pourront continuer à se rendre dans les eaux britanniques grâce à une licence, obtenue sous condition de pouvoir prouver qu’ils pêchaient dans cette zone auparavant. Cependant, l’équipe de négociation de Michel Barnier n’a absolument pas prévu de spécifier quelles preuves pourraient servir de base à la justification des droits historiques de pêche.

Ainsi, les gros bateaux qui disposent de technologies de pointe, comme un système de géolocalisation par satellite, sont capables de fournir les informations nécessaires à l’obtention d’une licence, ce qui n’est pas le cas pour les navires de petite taille dont les patrons pêcheurs n’ont pas les moyens de consentir à des investissements aussi lourds.

Parce que l’Accord négocié est à l’avantage exclusif de la pêche industrielle, souvent étrangère, ce sont 200 petits bateaux français qui restent sur le carreau, la plupart pratiquant la pêche artisanale. Telle est la raison du silence étourdissant de l’Union européenne et des atermoiements d’Emmanuel Macron, qui ne veulent plus de ce modèle de pêche pourtant durable.

Rappelons que pour un emploi supprimé à la mer, ce sont cinq emplois à terre qui disparaissent. La pêche artisanale française est un acteur incontournable de la vie de nos littoraux que Marine Le Pen, une fois élue présidente de la République, se fera une priorité de défendre par tous les moyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *