[ Communiqué de France Jamet ] La Directive Travail Détaché C’est aussi de L’esclavage Moderne !

Dans les Bouches-du-Rhône comme dans le Gard, des foyers d’infection au Covid-19 ont été constatés ces dernières semaines dans des structures agricoles qui exploitent des travailleurs détachés venus d’Espagne et d’Amérique du Sud. Des centaines de cas ont été détectés par les autorités sanitaires.

Les conditions de vie indignes de ces saisonniers, détachés par l’agence espagnole d’intérim Terra Fecundism de triste réputation, pouvaient « s’apparenter, au sens commun, à la traite d’êtres humains », selon les propos du procureur de Nîmes.

Une situation catastrophique qui n’a pu voir le jour que grâce à la directive européenne Travail détaché qui permet d’encadrer le dumping social. Elle permet à nombre d’entreprises peu scrupuleuses de prospérer sur la précarité en augmentant leurs marges abusivement. Un salarié détaché rapporte zéro euro à notre système de protection sociale et de retraite, et participe à la smicardisation du pays.

Pour le bien-être de tous les salariés et des petits artisans écrasés par cette concurrence déloyale, la directive Travail détaché doit être purement et simplement supprimée.

[ Communiqué de France Jamet ] Le Patriotisme économique, espoir de Demain.

Les « 30 propositions pour préparer l’après crise du coronavirus et apporter une réflexion à la suite du quinquennat d’Emmanuel Macron » présentées aujourd’hui par les députés de LaREM ne sont qu’un copier/coller des directives européistes. La souveraineté qu’Emmanuel Macron semblait redécouvrir a déjà été bazardée au profit de ses lubies européistes.

En insistant sur l’absurde « souveraineté européenne » et en mettant l’accent sur des relocalisations « en Europe (sic) des productions stratégiques, notamment sanitaires et agricoles », la majorité présidentielle tourne délibérément le dos au relèvement de notre économie nationale, ce qui amènera inévitablement à une aggravation de la crise.

Pour la France d’après, à laquelle aspirent nos compatriotes, seul un État stratège et un protectionnisme intelligent, comme le propose Marine Le Pen, permettront de relever notre pays.

Le 28 juin, pas une voix ne doit manquer pour permettre aux Français de poser la première pierre de la France d’Après et en finir avec le cauchemar mondialiste.

[ Communiqué de France Jamet ] PSA : les autres avant les Nôtres !

Alors qu’une vague sans précédent de chômage de longue durée menace notre pays, que des centaines de milliers de nos compatriotes vont se retrouver sans travail, que des centaines d’intérimaires qualifiés attendent pour des missions qui ne viendront peut-être jamais, le site de PSA « Sevelnord », pour augmenter la cadence et devant des carnets de commandes archipleins, à Hordain dans le Nord fait appel à des salariés polonais au lieu d’intérimaires français afin de compléter l’équipe de nuit.

531 salariés venus tout exprès de Pologne vont devoir remplacer les intérimaires qui complétaient l’équipe jusqu’au confinement, au prétexte que les contrats avec les agences d’intérim auraient été « suspendus ». La direction du groupe évoque avec cynisme et sans scrupules un acte de « solidarité » afin de justifier son choix de recourir à des personnels du site industriel de Gliwice en Pologne. PSA insiste sur le fait que cette démarche n’est pas nouvelle et que des échanges de personnels entre usines se feraient régulièrement. Comme si cela constituait un motif valable à cette détestable pratique !

Une « solidarité » qui, à l’évidence, ne s’applique pas aux millions de chômeurs français, mais qui permet de ne plus payer d’intérimaires, donc d’augmenter un peu plus les marges…!

Mais ça, c’était la « France d’avant ». Pour la France d’après, à laquelle aspirent nos compatriotes, seule Marine Le Pen qui prône un État stratège et une priorité nationale pour nos emplois dans notre pays sera en mesure de rendre enfin leur dignité et leurs droits aux travailleurs français.”

[ Communiqué de France Jamet ] La Souveraineté ne se Partage pas et ne se divise pas.

La crise du Coronavirus a permis de remettre au goût du jour ce que nous préconisons depuis longtemps pour le relèvement de notre économie nationale : les relocalisations et la réindustrialisation.

Or, certains idéologues européo-mondialistes s’acharnent désormais à mettre en avant l’oxymore « souveraineté européenne et française » tout en vantant les mérites d’hypothétiques relocalisations en Europe centrale, et non pas en France, afin de faire perdurer les détestables méthodes de dumping social qui sont si préjudiciables à l’ensemble des peuples européens.

Seul un Etat stratège et un protectionnisme intelligent, comme le propose Marine Le Pen, permettront de réindustrialiser notre pays. Des relocalisations en « Europe » (de l’Est) seraient contre-productives et se feraient forcément au détriment de nos intérêts nationaux.

La souveraineté ne se partage pas et ne se divise pas : on est souverain ou on ne l’est pas !

[ Communiqué de France Jamet ] Airbus : 20 000 Emplois Menacés en Occitanie, il est urgent de mettre en place un Etat Stratège.

L’avionneur européen installé à Toulouse subit des pertes historiques et pourrait se séparer de 10% de ses effectifs, soit plus de 10 000 emplois dans le monde et une menace sur 20 000 emplois au sein de toute la filière régionale.

La socialiste Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, celle qui s’est toujours opposé avec acharnement contre toute forme de souverainisme, qui a toujours soutenu le libre-échangisme débridé et les politiques de désindustrialisation de notre pays depuis Mitterrand, en appelle désormais, toute honte bue, « à la souveraineté nationale et européenne » ! Un bel exemple d’oxymore !

Du point de vue de l’Union européenne aucune souveraineté n’est possible, Bruxelles s’étant toujours opposée à ce principe, comme au protectionnisme intelligent et au patriotisme économique, y compris quand Airbus était en concurrence déloyale face à Boeing.

Contrairement à ce que prétend la propagande européiste, le groupe Airbus n’est pas un « projet européen », mais le résultat d’une coopération industrielle librement consentie entre Etats souverains. C’est au niveau de ces Etats que la solution de préservation du groupe se situe et comme Toulouse est une ville française c’est à l’Etat français d’intervenir.

Pour préserver un tel groupe industriel stratégique pour nos emplois et l’avenir de notre nation, la solution existe : un Etat stratège prônant une réindustrialisation massive de notre pays.

Mais pour cela, il faut du courage, de la détermination et de la sincérité afin de résolument changer de politique. Avec Marine Le Pen, la solution c’est la nation !

[ Communiqué de France Jamet ] Jour D’après : le Travail, L’investissement et le Savoir-faire Français Doivent être Valorisés.

Depuis le début de la crise sanitaire, afin de contribuer à remédier à la pénurie de masques, des dizaines de couturières, sans travail, sans revenus, ont passé des centaines d’heures à travailler gratuitement pour fabriquer des milliers de masques en tissu à leurs frais.

Aujourd’hui, elles demandent une reconnaissance de leur travail alors que le gouvernement préfère commander en Chine, en Thaïlande ou en Turquie.

Ce même gouvernement qui a failli face à la pandémie se réfugie derrière les exigences d’un nouveau processus d’homologation imposé par les gros industriels textiles et les grands distributeurs, dont le lobbying auprès du gouvernement n’est plus à démontrer. Il se fait toujours au détriment des nombreuses petites entreprises et des indépendants qui créent l’essentiel des emplois et de la richesse du pays.

L’exemple de ces femmes de bonne volonté dont le travail, l’investissement et le savoir-faire doivent être reconnus et valorisés, démontre que le pouvoir macronien favorise toujours les grosses entreprises mondialisées aux détriments de nos petits producteurs nationaux.

Une politique de valorisation des créations et des savoir-faire locaux français, comme le souhaite Marine Le Pen dans le cadre d’un Etat stratège, nous permettra de garantir une équité et une transparence pour la production et la vente non seulement des masques, mais de tous les produits français.