Marie Sara veut « abattre le FN » ! Mais où se Croit-elle ?

Vraisemblablement plus douée dans l’arène que dans le débat républicain, Marie Sara transgresse les règles démocratiques et menace Gilbert Collard et le FrontNational.
Où se croit-elle ?! Ca veut nous donner des leçons sur leurs pseudos-valeurs et ça ose se présenter devant les électeurs sans même avoir « pensé » à un programme pour la France.
Rappelons- lui que l’appel à « mise à mort » d’une personne ou d’un mouvement en raison de ses idées est passible de poursuite ?
Aux urnes Citoyens ! Mettons-leur un bon coup de fouet !

La France a besoin d’un groupe fort et déterminé d’élus patriotes à l’Assemblée Nationale pour défendre la Démocratie et ses valeurs.

Sondage Media Libre : Delga Repassera Derrière

Un sondage IFOP Midi-Libre L’Indépendant doit sortir aujourd’hui.
Ordinairement, les chiffres nous sont donnés officiellement la veille au soir afin que nous puissions les commenter et que cela soit relayé par la presse.
Depuis hier, on refuse à Louis Aliot la communication de ces chiffres.
(?)
On refuse à Louis Aliot la possibilité de donner son analyse et de répondre à ces « chiffres »  malgré ses demandes.
Il s’agit d’une énième manipulation grossière dans le même acabit que les derniers sondages bidons pour Marine ou Marion pour casser la dynamique du FN.
Il est permis de douter de la validité de ce sondage paru (qui ose titrer « Delga repasse devant »)… et qui serait une pauvre manipulation sans rapport avec la réalité des urnes.
Les socialistes sont aux abois et prêts à tout. Le système a peur.
La France et notre Région sont pourtant sereins.
Enfin, leurs revendications sont entendues. Car Louis Aliot tiendra ses engagements… lui
Demain, c’est le vrai changement.
C’est le Peuple qui décide!

Julien Sanchez, maire de Beaucaire, élu du Peuple, Bousculé par le Préfet de Région

Samedi 12 septembre, Julien Sanchez, maire de Beaucaire, s’est rendu à la Maison de la Chimie, répondant à la convocation de Bernard Cazeneuve et Manuel Valls aux 36.000 maires de France.

Ils furent environ 600 à répondre à cet appel afin d’exposer leur slogan : « Notre commune va accueillir des réfugiés »

Lorsque Julien Sanchez s’est levé pour exposer la position de tous ceux qui refusent cette nouvelle vague migratoire imposée par l’Union Européenne, le Préfet, M. Pierre de Bousquet de Florian, censé incarner la prédominance de l’Etat, est sorti de sa fonction pour entrer dans son « rôle« , celui du sectarisme et de l’antidémocratie.

Comme le dit Robert Ménard : « La scène en dit long à la fois sur sa neutralité politique [celle de Pierre de Bousquet de Florian] mais aussi, tout simplement, sur ce qu’il est. À la lointaine époque où la noblesse régnait sur la France, on eût dit : voilà un geste déshonorant ! Aujourd’hui, dans la carrière d’un haut et puissant fonctionnaire, c’est, sans doute, une bonne note de plus… »

 

Le préfet qui tire le bras de Julien Sanchez, le bouscule et tente de lui arracher son discours…. C’est le Préfet du Languedoc-Roussillon, Monsieur Bousquet, représentant de l’Etat (?)

Soutien aux Communes de France !

Communiqué de presse :
Le Front National apporte son plein soutien aux maires de France aujourd’hui mobilisés contre la baisse de leurs dotations, le désengagement de l’Etat et la disparition consécutive de services publics de proximité.

Les petites communes sont dans le collimateur des gouvernements successifs, qui les asphyxient financièrement dans le but de les faire disparaître au profit des grosses collectivités lointaines et coûteuses. La décentralisation anarchique a en effet créé des seigneuries locales très dépensières, à commencer par les intercommunalités et les régions.

Le Front National demande un plan national de lutte contre les gaspillages et les gabegies dans ces grosses collectivités ; les petites communes n’ont pas à payer les excès des autres.
Il rappelle son attachement aux communes, espaces de démocratie et de proximité. Il demande aux gouvernements RPS de cesser la décentralisation forcenée vers les grandes baronnies, qui se fait au détriment de l’Etat Nation, des services de proximité comme de l’aménagement du territoire.

Non à la fusion des Régions, non aux Groupes de presse en fusion

AliotFrance Jamet, Djamel Boumaaz et Audrey Lledo soutiennent l’action de Louis Aliot, Député Français au Parlement européen, qui vient d’interpeller la Commission européenne sur la situation monopolistique du groupe de presse de Monsieur Baylet.

En effet, Louis Aliot, vice-président du Front National et Député du Grand Ouest, s’est attaché à dénoncer auprès de la Commission européenne la position monopolistique et antidémocratique du patron des PRG dont le nom a même été évoqué, ces derniers jours, en remplacement de l’ancien ministre du travail :

« Jean-Christophe Cambadélis aurait admis que le président du Parti Radical de Gauche est « quelqu’un qui commence à peser lourd » car les radicaux soutiennent le PS au Parlement et sont les seuls alliés des socialistes aux régionales

Il aurait même révélé que monsieur Baylet, à la fois patron de « La Dépêche du midi » et du « Midi Libre » devenait incontournable pour l’avenir des socialistes dans cette région et un élément important de l’hypothétique réélection de François Hollande.
Face à cet aveu et aux conditions critiquables de l’accord PS-PRG pour les élections régionales de décembre 2015, j’ai décidé d’interpeller la Commission européenne sur la situation monopolistique de ce groupe de presse en posant la question écrite suivante et de déposer une plainte :

« Le Groupe de Presse « La Dépêche du midi », par ailleurs dirigé par un Président de parti politique membre de la coalition gouvernementale en France, vient de racheter le groupe de presse « Les journaux du Midi » qui lui octroie désormais un monopole de l’information sur la presse quotidienne régionale dans plusieurs départements français.

Cette fusion est extrêmement préoccupante dans la mesure où l’information quotidienne est concentrée par un seul et même groupe de presse, bénéficiant de subventions publiques, et diffusant précisément sur les treize départements qui constituent la nouvelle entité administrative régionale, fusion des ex-régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

Cette situation monopolistique de l’information quotidienne régionale dans ces territoires ruraux pose le problème du pluralisme de l’information et de la situation d’abus de position dominante dans un secteur sensible. La Haute Autorité de la concurrence reconnait cette position de monopole et les problèmes qui y sont liés sur l’aspect commercial et marchand, mais ne se prononce pas sur l’aspect démocratique.

Ceci est d’autant plus important que la Commission s’est souvent préoccupée de situations similaires dans les ex-pays de l’Est candidats à l’Union. »

29 mai 2015 : 10 ans de Résistance du peuple Français face à Bruxelles

À l’occasion des 10 ans du NON des Français à la Constitution européenne par référendum, Marine Le Pen s’adresse aux Français.

(voir la vidéo)

 

 

Mes chers compatriotes,

Il y a 10 ans jour pour jour, le peuple français disait massivement NON par référendum à la Constitution européenne.
Contre la Caste médiatique, la caste politicienne de l’UMPS, économique, et le show biz, il criait au monde sa soif de liberté et son amour de la France !

Ce 29 mai 2015, nous célébrons avec l’ensemble des patriotes ce magnifique geste de rébellion, de libération. Nous célébrons cette constante du peuple français dans son histoire à se mettre debout quand ses élites autoproclamées cherchent à le maintenir à genoux.
La funeste Constitution européenne fut balayée par les urnes. Fut rejeté par le peuple français ce texte qui prévoyait de remplacer les Etats Nations par l’Europe fédérale, qui gravait dans le marbre l’ultralibéralisme bruxellois, la disparition intégrale des frontières économiques et migratoires, le règne de la Finance, la suprématie arrogante des technocrates de l’Union Européenne sur nos lois.

Malheureusement, vous le savez, ce vote souverain a été foulé aux pieds quelques années plus tard, en février 2008, quand Nicolas Sarkozy alors président de la République fit voter par le Parlement réuni en Congrès un copié-collé de la Constitution européenne rebaptisé « Traité de Lisbonne ».
Cette trahison du peuple français et de nos principes démocratiques les plus élémentaires était la plus grave depuis la seconde guerre mondiale. Elle fut permise par le vote des parlementaires UMP et du centre bien sûr, mais aussi par l’apport massif des voix du PS. Elle entache à jamais le bilan de Nicolas Sarkozy et ruine sa crédibilité quand il ose encore prétendre aujourd’hui qu’il sera demain le défenseur du référendum…

Est-ce à dire que le vote des Français en 2005 fut inutile du fait de cette trahison ? Non en aucune façon. La Caste sait depuis 2005 que le peuple français n’a pas l’intention de laisser tomber la France. Et depuis qu’elle le sait, la Caste tremble, panique. Tant mieux car elle commet des erreurs.

Chaque patriote sait lui qu’il fait partie d’une majorité : voilà qui incite à l’optimisme ! Un système autoritaire ne tient jamais longtemps face aux aspirations profondes d’un peuple épris de justice et de démocratie.
Ce vote a forcé l’UMPS a tomber les masques en faisant passer de force un texte pourtant rejeté dans les urnes. Depuis, voyez comme le temps s’est accéléré ! L’UMPS n’a plus jamais osé faire le moindre référendum national en France. Nicolas Sarkozy a fait pression pour annuler un référendum sur l’euro en Grèce en 2011. Les élites ont été forcées d’avouer leur haine de la souveraineté populaire. Chacun s’est révélé et c’est très bien ainsi, car le citoyen juge d’autant mieux ses responsables publics qu’il les voit tels qu’ils sont vraiment, et non tels qu’ils voudraient apparaître. Un voleur déguisé depuis des années en honnête homme redevient un voleur aux yeux de tous quand il est pris la main dans le sac !

Alors, mes chers compatriotes, célébrons aujourd’hui 29 mai 2015 les dix ans de cet esprit français de résistance ! Préparons-nous à chasser définitivement cette caste qui s’est permis de trahir les Français.
Mon projet pour la France s’appuie sur cet esprit d’insoumission et de liberté ! Il prévoit la réhabilitation radicale du référendum. Par des référendums obligatoires sur les grands sujets. Par l’obligation d’utiliser le référendum pour modifier la Constitution ou en matière européenne. Par la suppression de cette prérogative qui était donnée au Parlement de se réunir en Congrès et qu’il ne mérite plus, l’ayant détournée contre le peuple français en 2008. Par la création d’un référendum d’initiative populaire déclenché grâce à la collecte de 500 000 signatures au niveau national. Par l’usage du référendum local à tous les échelons de décision : commune, département…

Plus que jamais en ce jour, mes chers compatriotes, crions notre amour de la liberté et de la France !

Les élus de la Métropole ont voté les yeux grands Fermés

A la séance du 31 mai 2015, tous les conseillers de la Métropole sauf France Jamet ont voté pour un Contrat de Plan Etat Région (qu’ils n’ont jamais eu en main ni lu).

Ce document devait inclure un volet territorial métropolitain promis par M. Saurel qui n’a jamais été présenté au Conseil.

Mais tous les élus métropolitains l’ont voté les yeux grands fermés.

Le Front National ne s’est pas mêlé à cette mascarade

Seule France Jamet a fait entendre sa voix pour mettre en garde le conseil métropolitain sur l’issue hasardeuse de cette démarche, ce saut dans le vide et a surtout dénoncé le caractère antidémocratique et dénué de toute transparence de ce vote.

Les faits lui ont donné évidemment raison. Le lendemain, 23 mai, les 116 pages du fameux CPER soumis au vote et présenté le matin même au Conseil Régional par son Président ne n’incluaient pas le volet territorial avec les desiderata de M. Philippe Saurel.

L’exécutif socialiste régional a vu sans doute dans cette démarche une tentative du Maire de Montpellier de faire pression sur Solferino et les candidats à l’élection régionale de décembre puisque ce dernier ne cache pas non son ambition de se présenter à ce qu’il définit comme « des petites présidentielles« .

A moins que l’enjeu ne soit tout simplement un portefeuille ministériel dont il rêve encore secrètement.

Mais pour nourrir ses projets personnels, l’ex « maire à plein temps » a engagé tous les conseillers.

Tous les élus de la Métropole se sont ainsi retrouvés avec lui Gros-Jean comme devant….

Sauf le Front National, grâce à lucidité de France Jamet, qui défend avant tout l’intérêt général et non les intérêts particuliers ou les ambitions d’élus toujours en quête de plus de pouvoir.