Réaction du Préfet de L'Hérault face à la Montée du Communautarisme…

Suite à un article du Midi Libre, dans l’édition de Montpellier, ce jour en page 3, France JAMET, candidate aux élections municipales de Montpellier réagit à la « montée du communautarisme » à Montpellier et dans le Languedoc-Roussillon.

Le préfet Pierre Bousquet de Florian, y fait état d’un communautarisme de plus en plus présent et visible, prenant pour exemple, la multiplication du port du voile, l’augmentation des demandes de séparation dans les lieux publics et collectifs comme les piscines ou encore l’installation d’écoles coraniques.

Son inquiétude, étant celle d’un serviteur de l’Etat, doit être prise en considération par les élus de Montpellier qui sont dans l’expectative et dans l’inaction depuis des années.

Sa prise de position pragmatique et courageuse, en opposition avec le devoir de réserve attaché à sa fonction, répond à l’immobilisme et la cécité de ses donneurs d’ordre.

A mon tour, je refuse que le communautarisme et la délinquance soient les nouveaux maîtres des quartiers de Montpellier

Dans le cadre des élections municipales, la liste que je conduis, propose aux  Montpelliérains d’instaurer localement, la tolérance zéro contre le communautarisme avec la mise en place de dispositifs de sécurité renforcés et de moyens humains adaptés.

Rappelons que les socialistes ici plus qu’ailleurs en Languedoc-Roussillon, par certaines aides ou subventions clientélistes favorisent, même indirectement, la construction de lieux de culte dans ces lieux où le communautarisme ne cesse de croître, cautionnant ainsi ces zones de non droit où les habitants vivent quotidiennement dans l’insécurité.

Diviser pour mieux régner, voilà ce que nous subissons depuis des années et encore aujourd’hui. Voilà ce à quoi, nous mettrons un terme définitif, demain, quand nous serons au pouvoir, avec les Français et avec les Montpelliérains.

France JAMET Conseillère régionale

Domergue Serait-il le Candidat de L’UMPS ?

Monsieur Domergue va solliciter une « mise en disponibilité pour les 3 mois de campagne » auprès du Conseil d’Administration de l’ICM (Institut Régional du Cancer), composé « aussi », rappelons-le, de représentants de l’Etat et notamment d’un Préfet qui le préside et dont la voix est prépondérante.

Il semble surtout que Monsieur Domergue ait du mal à s’éloigner de la direction de l’ICM-Val d’Aurelle. Celui qui se vante de ses qualités de gestionnaire fait preuve ainsi d’un esprit pusillanime qui peine à prendre des décisions et fait apparaître aussi que ses intérêts semblent prendre le pas sur l’intérêt général.

Le candidat de l’UMP sollicite indirectement la bienveillance du Parti gouvernemental afin de lui permettre de faire campagne.

Preuve s’il en est que l’UMPS n’est pas une vue de l’esprit (l’Umps est la coalition des intérêts de l’UMP et du PS).

On pourra déplorer également qu’à six mois des élections ni l’UMP ni le PS n’ont encore fait le choix de leurs candidats.

Ces carences et ces incohérences, pour des raisons professionnelles ou personnelles, amplifiées souvent par des querelles d’egos décrédibilisent l’UMPS.

En mars 2013, les Montpelliéraines et les Montpelliérains sauront tourner le dos aux candidats de ce système à bout de souffle et choisiront la liste « Montpellier Fait Front » menée par France Jamet.

Pour se donner les moyens d’un avenir constructif et instaurer une démocratie apaisée, il faut d’abord avoir le courage de faire ses choix au service de ses concitoyens.