[ Midi Libre ] France Jamet : « Les Nations et les Peuples Doivent Reprendre la Main ».

France Jamet (Rassemblement national) dresse le bilan de son mandat en tant que députée européenne.
Quel bilan dressez-vous de ce mandat que vous avez pris en cours ?

Oui, en septembre 2017, après l’élection de Louis Aliot à l’Assemblée nationale. Je lui ai succédé. Mais je me suis intégrée dans une équipe déjà en route, donc je n’étais pas perdue. En ce qui concerne ma commission, le commerce international, j’ai pris la suite de Marine le Pen. Là, du travail avait été fait, c’était au sortir du Ceta (l’accord économique et commercial global, NDLR) et au moment du Tafta (le traité de libre-échange transatlantique, NDLR) que l’Europe essaie toujours de lancer avec les USA.

Sur l’expérience elle-même, à titre personnel…

On est au cœur de là où ça se passe. Car l’Europe impacte quotidiennement et régulièrement, de façon nocive, notre économie, notre environnement, la santé des consommateurs. On est dans le dur.

Je dis toujours que ce qui impacte votre quotidien a été décidé par l’Europe d’hier et ce qui est décidé par l’Europe aujourd’hui impactera votre quotidien demain. On fait face à une accumulation de normes, de contraintes. Plus la surtransposition des lois françaises par les bons élèves qui se sont succédé, dont Monsieur Macron qui en est un bon exemple.

Considérez-vous avoir pu peser, concrètement, sur certaines décisions ?

Oui, comme dernièrement, sur les négociations avec les USA que la Commission a voulu relancer. Nous nous sommes opposés, à plusieurs, et nous avons réussi à faire passer une résolution pour que l’agriculture ne fasse pas partie des négociations avec les USA. La volonté américaine était contraire, je crois que nous y sommes arrivés, avec plusieurs groupes.

Plusieurs eurodéputés expliquent qu’ils arrivent, dans l’intérêt de la France, à travailler, hors des clivages traditionnels, ensemble. Vous le ressentez aussi ?

Oui et non. Quand on présente des amendements, il y a un gros bloc, des LR (Les Républicains, NDLR), le plus souvent, pour ne pas voter nos amendements. Ce qui est assez pervers, c’est qu’ils représentent souvent les mêmes amendements. Heureusement qu’on est un peu plus intelligents, pour sortir de ces clivages quand ça va dans l’intérêt de la France.

Le problème de cette politique, c’est que quand on arrive à 80 % de consensus sur un rapport, on va arriver à le faire passer, mais le texte aura été complètement dénaturé. Mais les Français, il faut le dire, ont du mal à sortir de ces clivages. Ça se fait beaucoup plus facilement avec des députés européens étrangers qui ne sont pas dans les mêmes postures.

Relevez-vous parfois des contradictions entre vos positions au sein du RN et celles du groupe auquel vous appartenez au Parlement ?

Non, dans le groupe de l’Europe des nations et des libertés, on en discute auparavant, une majorité se dégage avant que l’on vote.

Vous n’avez pas de mots assez durs pour dénoncer une Europe « novice » mais vous appelez à voter pour élire des eurodéputés…

Ça, ça me sidère. On ne va pas donner les clés en disant : “Continuez, faites comme vous faites depuis 30 ou 40 ans”. L’échec de cette Union européenne est quand même celui du bilan des socialistes et de LR. Ils ont beau jeu de repartir en campagne sur le thème du changement…

Il n’est pas question que l’on laisse une chaise vide. D’autant plus que d’autres peuples se soulèvent et n’ont pas envie que ça continue ainsi. On veut des accords bilatéraux, plus de protectionnisme pour protéger nos filières, nos consommateurs, que la liberté et la souveraineté des nations et des peuples soient respectées. Ce n’est pas en s’en détournant et en s’en désintéressant que ça va changer.

Et en la quittant ? Au vu de sa position sur le Brexit, le RN se pose-t-il la question du Frexit ?

Non, ce qu’on veut, c’est l’inverse de ce qui se fait aujourd’hui. On veut une Europe des nations mais avec des partenaires européens, que les relations commerciales et autres soient choisies librement et que les peuples soient respectés.

Nous voulons des accords de juste échange. Qui demandent qu’on privilégie la proximité, la traçabilité, la qualité. Les nations et les peuples doivent reprendre la main, pas les lobbies, les multinationales.

Trouvez-vous des points positifs à la construction européenne ?

Ce qui est positif dans l’Europe, c’est tout ce qui nous a précédés, la civilisation elle-même, nos racines, notre identité, nos spécificités, où nous avons parfois excellé. Et l’excellence de la France s’est diluée, avec l’Europe à 25, 26, 27…

Lundi, Mateo Salvini a lancé le projet d’un regroupement, dans le prochain Parlement, de toutes les forces nationalistes. Marine Le Pen, contrairement à des leaders d’autres partis, était absente. Elle n’avait pas été invitée ?

Quelque chose vous a échappé. Ils s’étaient rencontrés, ils ont discuté, ils sont d’accord. Mateo Salvini est la preuve que l’on peut inverser les choses. Il est en train de faire le tour des autres nations européennes. Car au Parlement, il y a les libéraux d’un côté, ceux qui soutiennent l’UE qui nous étouffe, et les autres, avec qui une majorité est en train de se dessiner, de prospérer.

Vous voulez poursuivre comme députée européenne. Serez-vous en position éligible ?

Je ne sais pas. Le 15 avril, Marine présentera le programme, je pense que la liste sera présentée dans la foulée, le 17, je crois. Une place dans les 20 premiers sur la liste pour être sûr d’être élu ? Je pense qu’on peut avoir 25, 30 élus. Et pourquoi pas plus ? Nous sommes dans une bonne dynamique. On est dans le pragmatisme, le quotidien, et avec tout ce qui se passe aujourd’hui, nous avons toutes les raisons d’être optimistes.

VINCENT COSTE

Avec Marine, Mobilisons-nous : pour sauver nos Terroirs, notre Identité et nos Emplois

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

Avec plus de 762.000 voix en Occitanie, Marine Le Pen arrive en tête notamment dans 6 départements sur 13 : Hérault, Gard (29,30%), P-O (30,05% score le plus élevé de la région), Aude (28,26%), Tarn, Tarn-et-Garonne (fief de M. Baylet).

 

Ses meilleurs scores se révèlent dans les petites/moyennes agglomérations et les cantons ruraux, zones de résistance d’une France qui ne veut pas mourir face aux dangers du mondialisme, source de paupérisation, qui détruit nos terroirs, notre identité et nos emplois.

 

Mais les partis du gouvernement rejetés par le Peuple, ne sont pas pour autant « sortis » du jeu : ils font le jeu du « banquier » pour sauver le système.

Au nom de leurs petits intérêts personnels, ils continuent de sacrifier notre pays et de rejeter les espérances des Français.

 

Quoiqu’il en soit, nul n’est propriétaire des voix de ses électeurs… C’est le Peuple qui en décidera le 7 mai, non les recalés du suffrage universel.

 

Pour en finir avec le chômage, l’immigration, l’insécurité et la fiscalité, pour un protectionnisme intelligent et un patriotisme économique : Seule Marine incarne l’espoir d’un véritable changement et du redressement de notre Pays.

Marine Le Pen était L’invitée de Jean-Pierre Elkabbach

Marine Le Pen invitée de Jean-Pierre Elkabbach sur CNews (05/0…

Marine Le Pen répondait hier, depuis le Parlement européen à Strasbourg, aux questions de Jean-Pierre Elkabbach sur CNews :

Publié par Marine Le Pen sur jeudi 6 avril 2017

 

Marine Le Pen répondait hier, depuis le Parlement européen à Strasbourg, aux questions de Jean-Pierre Elkabbach sur CNews ( 05.04.2017)

"Dimanche en Politique": Le Front National a-t-il Changé ?

J’étais, ce matin, l’invitée de l’émission « Dimanche en Politique » de France 3 Languedoc-Roussillon. De nombreux sujets ont été abordés et notamment, la façon dont l’équipe de vos élus FN-RBM s’évertue à défendre vos intérêts face aux machinations UMPS. Depuis le début du mandat, nous travaillons d’arrache-pied, nous avons déposé près de 61 amendements, et nous ne reculons devant rien, afin de faire respecter votre souveraineté et l’avenir que vous avez choisi, pour votre Région.

 



 

Le Front National de L'Hérault fait sa Rentrée!

Ce dimanche 11 septembre 2016, se tenait la rentrée du Front National de l’Hérault. Alain Jamet y a été ovationné. J’ai pris la parole, en tant que Présidente du Groupe des Elus Fn-Rbm au Conseil Régional, au cours de ce banquet patriote et convivial et nous avons décliné avec Julien Sanchez, Maire de Beaucaire, et Gilbert Collard, député, les grandes échéances et les enjeux qui nous attendent.
Et c’est donc en présence de plus de 400 militants et sympathisants que nous avons lancé, à la manade Rebuffat de Lunel, le top départ de cette année qui s’annonce forte et riche… Vivement 2017!

« Le Monde », cette Imposture :

Madame, Monsieur,

Il fallait probablement attendre que la déflagration de la bombe sale du «Monde» soit passée, que la presse française à de rares exceptions près se soit repue de ses propres mensonges, pour analyser calmement la séquence odieuse à laquelle nous venons d’assister.

Odieuse et en même temps tellement révélatrice d’un fonctionnement dont la démocratie et l’Etat de droit sortent totalement essorés.

Le journal censé être le plus sérieux de la presse française (c’est dire…) mais connu pour son combat acharné contre le Front National, (voir l’éditorial de son directeur Jérôme Fenogilo, à deux jours du premier tour des régionales et intitulé « le FN cette imposture »), a donc sous le titre racoleur « Panama papers : comment des proches de Marine Le Pen ont sorti de l’argent de France », lancé une gigantesque offensive médiatique contre le Front National et moi-même sur la base de prétendues « révélations » qui ne révèlent ….rien, nada, zéro, le vide sidéral.

Et pourtant… Comme ces foules prises d’hystérie collective, les médias français se sont jetés à corps perdu dans un lynchage en règle du premier parti de France.

« Détournement », « système opaque d’évasion fiscale », « fraude fiscale », « dissimulation », « société offshore » plein de mots qui salissent, jetés en vrac dans plein d’oreilles qui n’en demandaient pas tant. Télés, radio, journaux, réseaux sociaux… En quelques heures tout ce que la France compte de relais d’information étaient saturés d’un flot ininterrompu de supputations, d’amalgames, d’insinuations ou pour les plus zélés, de bonnes grosses accusations diffamatoires exprimées sans aucune prudence, sans aucune retenue, au mépris de toute déontologie et évidemment sans la moindre vérification.

A la fin de la journée, les médias s’étaient tellement intoxiqués les uns les autres (les uns par incompétence et/ou suivisme, les autres portés par leur mauvaise foi militante traditionnelle) que chacun était sûr de son fait : « le Front National avait caché de l’argent au Panama et Marine le Pen était (de près ou de loin) coupable » De quoi ? Ils ne savaient pas trop mais c’était et reste pour eux totalement insignifiant.

Cette séquence est un cas d’école de pure désinformation qui pourra être étudié dans les instituts de formation de journalisme sous le titre  » comment manipuler les foules ».

Mais la vérité dans tout cela ?

Car si elle n’intéresse pas nos journalistes militants, je suis convaincue qu’elle intéresse les Français.

La vérité est que ni moi ni le Front National n’avons à nous reprocher quoi que ce soit dans cette affaire « Panama Papers. »

Ni moi ni le Font National n’avons jamais envoyé d’argent ou quoi que ce soit.

Ni moi ni le Front National n’avons de compte en banque ni au Panama ni dans aucun autre endroit au monde.

Ni moi ni le Front National n’avons dissimulé/détourné/optimisé/fraudé… etc un centime.

Tous les médias le savent, alors pour tenter de nous impliquer ils usent de la bonne vieille méthode totalitaire « si ce n’est toi c’est donc ton frère prestataire « .

C’est ainsi que l’on nous demande de nous justifier d’un investissement à Hong-Kong (qui n’est pas un paradis fiscal) effectué par un de nos prestataires !!

A ce rythme on vous demandera demain de justifier de l’utilisation faite par votre garage de l’argent que vous lui avez versé pour faire réparer votre voiture ! A-t-il payé ses impôts ? Versé sa pension alimentaire ? Je pense que même en URSS ils n’allaient pas aussi loin dans la violation des principes de notre État de droit.

Même si notre prestataire est un ami, je ne vois pas bien quelle responsabilité l’on peut avoir dans les stratégies commerciales qu’il met en œuvre !

De ce que nous savons ,il a ouvert une filiale à Hong-Kong (et pas au Panama…) pour conquérir, je suppose, de nouveaux marchés ; qu’il a, semble-t-il, pour ce faire investi une partie de ses bénéfices après impôts dans une filiale, opération validée par le fisc français ; Et figurez-vous que nous le savons, car cette opération commerciale a fait l’objet depuis 18 mois d’investigations de la part du juge Van Ruynbeke qui n’a, à ma connaissance, rien découvert qui puisse de près ou de loin révéler une fraude, une dissimulation fiscale de sa part et encore moins une implication quelconque ( même de loin) du FN dans cette opération financière.

Voilà… Rien, nada, zéro, le néant….

Des tonnes de papiers, des heures d’accusations plus graves les unes que les autres, des calomnies déversées à la pelle contre mon mouvement sans le début de commencement d’un fait délictueux ni même d’un comportement inapproprié.

Pendant qu’on invite l’opinion publique à regarder le Front National, on détourne son regard des politiques qui ont donné les clés à la finance sale, entre Big bang financier et abaissement des souverainetés nationales.

Alors oui, ça en dit long sur l’état de l’information en France, sur le niveau et le militantisme des médias français, sur le respect des fondements de notre État de droit, sur le fonctionnement moribond de notre démocratie.

Mais ça en dit long surtout sur la panique qui saisit nos élites autoproclamées à l’approche d’une élection présidentielle qui demain pourrait tout changer, rétablir nos droits individuels et nos droits collectifs de peuple libre.

Contre le Front National et ses candidats il n’y aura aucune limite, aucune retenue, tout sera permis. Nous le savions, vous deviez aussi le savoir et vous y préparer.

Nous continuerons quant à nous à faire émerger la vérité, partout et en toutes circonstances, quel qu’en soit le prix. C’est plus que notre droit, c’est notre devoir.

Amitiés sincères,SignatureMarine

Vous ne lirez pas dans le Journal…

Billet d’humeur de France Jamet, Présidente du groupe FN RBM à la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Ce mercredi 23 mars, le Quotidien Régional en Languedoc-Roussillon, appartenant au groupe de presse de Monsieur Baylet, Ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, n’a pas jugé utile d’interroger et de relayer la position des élus régionaux du Front National-Rassemblement Bleu Marine sur les attentats de Bruxelles.

Sans doute parce que nous sommes les seuls à dénoncer l’idéologie et la mauvaise foi de ceux qui prônent le multiculturalisme cher à l’Union européenne et nient la réalité :

Il nous faut abandonner la politique migratoire imposée par l’UE, rétablir nos frontières nationales, enrayer le désarmement physique de nos Etats, remettre en cause définitivement l’espace Schengen qui permet la circulation totale des risques terroristes.

Pour résoudre les problèmes sécuritaires en France, le gouvernement et la prétendue opposition LR-UDI-etc doivent mettre leurs actes en cohérence avec leurs discours.

Le Front National, encore une fois, exprime sa solidarité avec le Peuple belge et appellent les gouvernements à agir au lieu de parler ou de « communiquer ».