Communiqué de France Jamet : L’ Amérique Centrale : porte Ouverte pour la Malbouffe en Direction de L’Union Européenne.

Le 6 décembre 2018

Le rapport de mise en œuvre du pilier commercial de l’accord d’association entre l’Union européenne l’Amérique centrale débattu en Commission fait totalement abstraction que cet énième accord commercial est une véritable porte ouverte pour les produits alimentaires les plus contestables en provenance du continent américain.

C’est par le Guatemala, Belize, le Honduras, le Salvador, le Nicaragua, le Costa Rica et Panama, véritables colonies économiques et politiques des Etats-Unis, que transiteront bientôt vers l’Union européenne les productions les plus transgéniques de l’hyper agro-industrie, au mépris du plus élémentaire principe de précaution.

C’est par le Nicaragua, que sont véhiculées les semences OGM de Monsanto, y compris via l’aide alimentaire ; c’est encore du Nicaragua que le Mexicain SuKarne, la 5e plus grande entreprise de conditionnement de viande bovine en Amérique du Nord, entend écouler plus de 170.000 t. par an de « bidoche » transformée (antibiotiques et OGM compris) en direction de l’UE ; c’est par le Panama que, depuis 2017, des lots de saumons transgéniques (Saumonstre) d’AquaBounty sont écoulés dans le plus grand secret, aujourd’hui sur le marché canadien, demain en direction des pays de l’UE.

Ces accords s’ajoutent à ceux, déjà en cours ou en négociations avec le Canada (CETA), le Mexique, les pays du Mercosur, qui mettent en grand danger l’avenir de nos filières agricoles et notre sécurité sanitaire et alimentaire.

La frénésie libre-échangiste de la Commission européenne nous menace un peu plus chaque jour et doit être stoppée.

En 2019, nous le ferons !

Communiqué de France Jamet : Accord avec le Mercosur, Climat, droits de L’Homme : la Duplicité et L’hypocrisie de Macron ne Semblent pas avoir de Limites.

Le 5 décembre 2018

Si le nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro, retire son pays de l’Accord sur le climat, Paris ne signera pas d’accord de libre-échange avec le Mercosur (Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay), a averti Emmanuel Macron, jeudi 29 novembre, à la veille du sommet du G20 à Buenos Aires.

Si, comme le locataire de l’Elysée l’affirme à juste titre, « on ne peut pas demander aux agriculteurs et travailleurs français de changer leurs habitudes de production pour mener la transition écologique, puis signer des accords commerciaux avec des pays qui ne font pas de même. Nous voulons des accords équilibrés », pourquoi alors signer de tels accords commerciaux avec le Pérou, la Colombie et tous ces pays qui ne respectent ni les Accords de Paris, ni les droits de l’Homme ?

Ce qui est mauvais pour l’un, serait bon pour les autres ? La duplicité et l’hypocrisie de Macron ne semblent décidément ne pas avoir de limites…

 

Communiqué de France Jamet : Il faut sortir L’Agriculture des Accords de Libre Échange et de L’OMC !

Le 3 décembre 2018

La modernisation de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) intervient dans un contexte de fin de cycle du libre-échangisme globalisé.

Alors que l’entièreté de nos compétences commerciales ont été dévolues à la Commission, présidée par Jean-Claude Juncker, l’UE prétend se vouloir « garante » du multilatéralisme.

Son objectif est de forcer les Etats à persévérer dans l’erreur du libre-échange intégral et débridé alors qu’elle devrait défendre les intérêts des États membres.

L’UE ose même parler de «transparence» et d’un meilleur accès aux négociations commerciales, alors même qu’elle s’est soumise sans broncher aux oukases de Juncker et de sa Commission !

Au nom d’un libre-échangisme dévoyé, elle prive la France, d’assurer et de contrôler rigoureusement son indépendance et sa sécurité alimentaire et sanitaire. C’est inadmissible !

NON, le libre-échangisme ne crée pas d’emploi.

NON, les dérives des tribunaux d’arbitrage ne protègent ni les Etats, ni les consommateurs.

OUI, le protectionnisme que Bruxelles rejette, à l’instar de l’Alena renégocié actuellement, est une solution.

La seule réforme sérieuse à proposer dès aujourd’hui, serait de sortir l’agriculture de la compétence de l’OMC et des Accords de Libre Échange.

C’est ce que nous demandons aujourd’hui, et que nous appliquerons en 2019.